BlacKkKlansman : j'ai infiltré le Ku Klux Klan


Crédit photo : Focus Features / Slate.fr 

Voilà près de deux mois que BlacKkKlansman : j'ai infiltré le Ku Klux Klan est sorti dans nos salles de cinéma. Ce mardi, je me suis enfin décidée à le visionner, dans une salle de cinéma MK2. 

Il s'agit d'un film réalisé par Spike Lee, Shelton Jackson Lee de son vrai nom. Ce dernier, diplômé de l'École de Cinéma de New-York, est souvent considéré comme un véritable porte-parole du cinéma afro-américain. Certains de ses films furent un franc succès, comme Nola Darling n'en fait qu'à sa tête, School Daze, Mo' Better Blues, Jungle Fever, ou encore Malcom X. En 2008, il tourne Miracle à Santa Anna, un film historique à propos de l'engagement des soldats afro-américain auprès de l'Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. Cette production fut un échec commercial, critiquée par l'Association Nationale des Résistants d'Italie qui dénonça alors des erreurs d'ordre historique, puis il fut l'objet d'un conflit juridique avec TF1 International. 

Néanmoins, nous pouvons affirmer que Spike Lee est un réalisateur engagé et très sensible à la cause afro-américaine. Rentrons maintenant dans le vif du sujet : BlacKkKlansman

L'histoire se passe dans les années 70, alors que le mouvement pour les droits civiques bât son plein. Ron Stallworth est le premier officier Noir du Colorado Springs Department. Dans un contexte de tensions sociales très fortes, et face aux remarques racistes de certains de ses collègues, Ron Stallworth est bien décidé à faire bouger les lignes "de l'intérieur". Il s'engage alors dans une mission d'infiltration. Dans un premier temps, il s'immerge dans une réunion d'afros-américains bien décidés à renverser l'ordre établi. Dès le début du film se pose alors la question de la non-mixité. Peut-on changer un système discriminant de l'intérieur ? La non-mixité joue-t-elle vraiment en faveur des groupes discriminés ou est-elle un facteur de clivage, en propageant finalement d'autant plus de haine ? 

Puis, très vite, Ron Stallworth rentre en contact par téléphone avec le Ku Klux Klan, une organisation suprémaciste blanche, bien connue pour ses cérémonies sordides. Il parvient à obtenir quelques informations à propos de l'Organisation et à échanger avec David Duke, le "big boss" du Klan. Très vite, une rencontre physique s'impose pour gagner la confiance des membres. C'est alors un de ses collègues qui s'y rend, en prenant son identité. Deux personnes, un seul nom. 

Nous découvrons alors la réalité du Ku Klux Klan. Réalité très inquiétante, sans réelle surprise. Nous suivons alors de très près la double infiltration de Ron Stallworth et de Flip Zimmerman, l'autre officier. 

Un personnage a notamment suscité mon intérêt : la femme de Félix, un des membres. Elle est au départ représentée comme une femme potiche, puis comme quelqu'un de plus complexe, moins  convaincue peut-être par le discours ultra-violent. En s'impliquant auprès de son mari, elle m'a donné l'impression d'avoir surtout un besoin de reconnaissance de ce dernier. Cela laisse à réfléchir sur les motivations profondes et psychologiques des personnes qui tombent dans ce type d'organisation...

En tout cas, j'ai trouvé que le film était particulièrement bien réalisé. Traitant d'un sujet plus que sérieux tout en étant ponctué d'humour, je n'ai pas vu les 2 heures passer. Il rappelle également que si ce qui est montré paraît irréel et complètement éloigné de notre quotidien, c'est malheureusement un sujet toujours d'actualité. 

2 commentaires :

  1. J'ai vu ce film il y a quelques semaines et je l'ai beaucoup aimé également. Mais il est vrai que les images d'actualité diffusées à la fin m'ont bien ramenée à la réalité, et j'avais une petite boule dans la gorge quand je suis sortie de la salle. En tout cas, je l'ai vraiment bien aimé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui effectivement, ce film et particulièrement la fin créent forcément un malaise tant cette violence est insensé... En tout cas, merci pour ton commentaire et ton avis sur cette production, à bientôt :)

      Supprimer