Conf #1 / Les sciences sociales au risque de la médiation

Nouvelle série d'article ? Peut-être. L'idée, c'est de vous faire un petit retour sur les conférences auxquelles j'assiste régulièrement, sur diverses thématiques. Étant donné que je n'ai pas été passionnée par mes cours en DUT, j'ai ressenti le besoin cette année de m'enrichir intellectuellement autrement (désolée si ça fait un peu prétentieux). Écouter des professionnels, chercheurs et autres intervenants hors de mon cadre scolaire habituel m'a fait le plus grand bien ! 

Il y a de ça 15 jours, j'ai assisté à deux journées d'étude organisées par le Centre Émile Durkheim, centre de recherche bordelais en sciences politiques et en sociologie comparative. La thématique était "Les sciences sociales au risque de la médiation". L'objectif était, pour les chercheurs et autres professionnels présents, de défendre la valeur et l'utilité des sciences sociales (souvent peu considérées en tant que sciences…) et d'amener une réflexion sur la médiation des sciences sociales.

J'ai assisté à une première conférence dans laquelle était convié(e)s : Maud Navarre, journaliste pour la revue Sciences Humaines, Vincent Petit, en charge de la collection Sociorama chez Casterman, Bruno Gendre, ancien directeur commercial des éditions La Découverte et Pierre Coutelle, responsable du Pôle Littérature & Sciences Humaines de la Librairie Mollat. C'était tellement intéressant ! Être face à ces personnes, les écouter parler de leur métier… Cela m'a conforté dans l'idée que travailler dans la médiation des sciences humaines, notamment en maison d'édition, ça me plairait bien.

Maud Navarre a commencé cette table ronde en présentant la revue Sciences Humaines dont l'objectif est d'offrir un contenu pluridisciplinaire à un large public. La revue s'adresse à la fois à des professionnels (enseignants, chercheurs, travailleurs sociaux…) et de particuliers curieux (comme moi!) sachant que 40 à 50% des lecteurs sont des cadres... En tout cas, je suis abonnée à cette revue depuis le mois de Janvier et j'en suis ravie. Elle mêle différents points de vue, différentes disciplines aussi : archéologie, anthropologie, histoire, sociologie, psychologie...



J'ai pu découvrir par ailleurs la collection Sociorama. Une collection visant à "vulgariser", à retranscrire des enquêtes sociologiques en fiction, à travers la bande dessinée. Je n'ai pas encore lu les BD de cette collection mais ça ne saurait tarder. Je pense qu'elles se lisent facilement, elles font 170 pages, dans un format assez petit (16 x 19 cm).

En parlant de BD, le lendemain les auteurs du blog Émile, on bande ? étaient présents : Pierre Nocerino et Léa Mazé, illustratrice. Le blog a vu le jour lorsque Pierre Nocerino a fait appel à Léa Mazé pour retranscrire sa thèse à propos de la liberté des personnes âgées au sein des EHPAD.

En bref, cette conférence m'a amené à une réflexion sur le travail de recherche et sur la place des sciences humaines, domaine dans lequel je me dirige. Finalement, nous n'entendons que très peu parlé du travail de recherche mené par les chercheurs et les doctorants. Je trouve ça vraiment dommage que cela ne profite pas aux personnes qui sont hors de ce système universitaire qui me paraît très fermé. Alors, n'est-ce pas chouette que des personnes partagent leur travail ainsi ? Cela me fait penser aussi à Manon Bril et à sa série de vidéos sur l'écriture de sa thèse d'histoire. Une série de vidéos qui donnent un aperçu de ce que peut être la vie d'un(e) doctorant(e).

Je vous invite à aller voir tout ça, à vous rendre à des conférences, à écouter des gens parler, de différents points de vue, et j'espère que cet article vous a plu !

2 commentaires :

  1. Oh il est top ton article ! Je connais toutes les collections et personnes que tu évoques, j'étais aussi abonnées à Sciences Humaines au lycée et au début de mes études, ce qui m'a fortement motivée à poursuivre un cursus en SHS. Aujourd'hui je trouve que ce qui manque, c'est une chaine vidéo qui parlerait vraiment de sociologie et s'appuierait dessus pour répondre à des questions ou des idées reçues courantes. On a ça en histoire, en science politique/philo... mais pas en sociologie au final ! Une sorte de format vidéo de ce qui est fait dans la revue SH et dans les collections dont tu parles, avec de petites interview de chercheurs par exemple. J'adorerais plancher sur ce type de projet mais bon là je débute une thèse en septembre alors on va rester raisonnable ^^ !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tellement d'accord, moi aussi j'aimerais voir ce type de contenus ! Je pourrais conseiller Anthrostory, chaîne YouTube qui produit du contenu de qualité sur l'anthropologie, mais je ne connais pas de chaînes YouTube qui parlent de sociologie réellement. Effectivement ça pourrait être un beau projet que de créer ce type de chaîne (et j'y participerais volontiers!), même si j'imagine que ça demande beaucoup d'implication et de temps. Tu commences une thèse à quel propos ?

      Supprimer