Écrire


J'écris beaucoup depuis ces 6 derniers mois. Pour fixer noir sur blanc mon état d'esprit à un instant T, pour me libérer de mes émotions, pour avancer au fil des pages tout comme j'avance dans ma vie, pour marquer ce tournant dans lequel j'ai la sensation d'être. Et ça me fait beaucoup de bien.

J'évoque dans mon carnet, acheté à un vieux commerçant en Angleterre, mon quotidien. Mes réflexions, sur des sujets plus ou moins intimes. Mon affirmation nouvelle en tant que femme. Ma vision des choses. Mes ambitions, mes tourments, mes envies, mes déclics, mes rencontres.

Qu'est-ce qu'il me reste à écrire ici ?

J'ai parfois envie d'écrire sur ces mêmes sujets ici. Mais la motivation s'en va généralement, parce que mon carnet me satisfait déjà assez. Et puis je me demande si cela aurait un sens, une utilité.

Le partage en moins, évidemment.

Parce que j'ai la conviction que partager sur ces sujets peut parler à ceux qui me lisent, peut aider, peut provoquer des déclics, peut amener à des confrontations, à des discussions qui nous permettent de nous faire évoluer mutuellement.

Seulement c'est vrai que je suis freinée à l'idée de parler de certains sujets ici, bien que tellement reconnaissante envers ceux qui osent écrire ouvertement dessus.

Par peur surement que quelqu'un que je connais tombe dessus. Ce qui est paradoxal : pourquoi craindre que des personnes qui nous connaissent tombent sur nos réflexions personnels, alors que nous écrivons sans aucun soucis face à des inconnus ?

J'ai toujours eu cette certaine honte vis-à-vis du fait d'écrire sur Internet. Je n'ai jamais vraiment assumé.

Et pourtant cela me correspond plus que jamais, alors si des personnes mal intentionnées me jugent par rapport à ça, c'est peut-être juste pas des personnes dont je suis censée m'entourer ?

Et puis d'un côté je n'en voudrai pas forcément à ces personnes, parce qu'elles ne comprennent souvent juste pas ce qui nous amène à nous exprimer de cette façon.

Assumer ce moyen d'expression vient surement avec l'affirmation de sois, qui a quand même bien évolué pour ma part ces dernières années.

J'ai aussi une certaine sensation de régression quand je reviens ici. C'est quelque chose que j'ai commencé il y a tellement d'années, quand j'étais aux prémices de mon adolescence, alors écrire de nouveau sur un blog me donne l'impression de revenir en arrière. Néanmoins je ne suis jamais allée au bout des choses sur Internet, je n'ai jamais mener un projet jusqu'au bout, avec toute mon énergie et ma créativité. Inachevée. C'est d'ailleurs ça qui me ramène ici en permanence.

2 commentaires :

  1. Je partage ton avis sur l'anonymat, c'est parfois compliqué d'être lue par des gens connus, nos mots sont intimes, et se mettre à nue, c'est devant les gens qu'on aime que c'est le plus dur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et ça me paraît tellement paradoxal. Merci pour ton commentaire! :)

      Supprimer