Pourquoi la non-mixité ?



Crédit | James https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2015/10/09/de-la-non-mixite-2/ 

Au mois de Juillet, le collectif afroféministe Mwasi organise un festival, "Nyansapo", dans lequel certaines conférences/débats sont réservés aux femmes noires. L'annonce de cet événement a suscité beaucoup de réactions autour de la non-mixité sur les réseaux sociaux. Anne Hidalgo, la mairesse de Paris, a menacé d'interdire ce festival. 

Cela m'a amené à réfléchir et à me renseigner sur cette notion de non-mixité, petit recap de ce que j'ai retenu sur le sujet. 






















Alors que penser du recours à la non-mixité ? 

Je pense qu'il est surtout intéressant de se demander pourquoi des groupes sociaux voit la non-mixité comme une nécessité, comme l'unique moyen de pouvoir défendre leur droits, de se faire entendre et de faire avancer leur condition dans la société. En regardant dans l'histoire, je me rends bien compte que les femmes et la population noire sont souvent les personnes qui ont eu recours à la non-mixité, justement parce qu'elles estimaient que si des hommes ou des blancs étaient présent, elles se retrouveraient forcément en position de dominées. Leur objectif est avant tout une libéralisation de la parole.

Ce débat montre selon moi deux choses : premièrement, que nous sommes loin d'être dans une société égalitaire (mais là je ne vous apprends sans doute rien), et deuxièmement, que la pression sociale et institutionnelle est de plus en plus forte. Peut-être que de telles réactions montrent une évolution dans notre société qui n'est pas forcément positive ? Ce n'est pas la première fois que ce sujet fait débat, mais c'est la première fois qu'une élue de gauche et qu'une organisation antiracisme fait appel à la loi pour tenter d'interdire un événement en partie non-mixte. 

Certains pensent que la non-mixité accroît les inégalités. Il me paraît alors nécessaire de rappeler que lorsqu'elle est choisie, c'est justement parce qu'une partie de la population subie des inégalités et souhaitent agir pour lutter contre les discriminations. Ne vaut-il pas mieux que ces personnes se rassemblent entre elles pour créer une véritable synergie pour faire avancer leur place dans la société, plutôt que la situation reste bloquée parce que leur expression serait limitée par la présence de personnes jugées comme "dominantes" ? Je n'ai pas un avis véritablement tranché sur le sujet mais il me semble que ça reste des actions à objectifs positifs, qu'il y a des choses plus urgentes à faire et à débattre à propos de discriminations et d'inégalités...

Enfin, je pense qu'il est important de considérer que la mixité n'est pas garante d'égalité, loin de là... Ce n'est pas parce que les écoles sont mixtes qu'il n'y pas d'inégalités entre filles et garçons, ce n'est pas parce que les entreprises emploient des femmes et des hommes que ceux-ci sont égaux, ce n'est pas parce que le gouvernement est mixte que les femmes sont si bien représentées et ont autant de poids que les hommes... 

Bref, t'en penses quoi toi ?

Bibliographie - Pour en savoir +
* France culture "3 exemples de non-mixité choisie" , 29/05/17, Camille Renard
* Les Mots Sont Importants.net "La non-mixité : une nécessité politique", 21/04/16, Christine Delphy
* Rue 89 Bordeaux "Non-mixité : ces zones réservées aux femmes à Bordeaux", 18/04/16, Klervi le Cozic
* Universalis Black Power 

7 commentaires :

  1. Ah ! J'attendais un article à ce sujet.
    Pour ma part je comprends sans comprendre cette volonté, disons-le, assez communautariste.
    D'un côté je peux comprendre qu'on veuille discuter avec ses "pairs" ( C'est compliqué pour moi de dire ça ,car de base je n'ai jamais fait de différence entre les humains parce que... c'est des humains. Voilà ). C'est un instant où on se sent en sécurité, avec des gens qui comprennent globalement de quoi ils parlent. Si on voit ça comme ça c'est assez logique.
    En tant que blanche, oui, je ne peux pas comprendre à 100% ce qu'il se passe avec les POC. Mais je peux me renseigner, je peux écouter, réfléchir, apprendre... C'est normal et logique encore une fois. Tout le monde peut le faire !

    Et en fait on arrive au point où pourquoi je ne comprends pas. J'ai écouté des émission à ce sujet, ce festival, où il est expliqué que c'est pour éviter de faire de la pédagogie, et pour moi, c'est là que ça coince totalement.
    A mes yeux, et ce n'est que personnel, dans mon monde de bisounours, si on veut que les choses bougent, il FAUT de la pédagogie, il FAUT apprendre aux gens, il FAUT s'ouvrir. Et donc, ce n'est pas en se fermant avec la non-mixité que cela va bouger les choses. Au contraire.

    Je ne sais pas si j'ai été clair dans ce que je dis, mais j'espère que le fond est au moins passé :)

    ( Je rencontre la même situation dans le cadre LGBT+ où il y a des réunions non-mixtes que je trouve contre productives finalement... )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton commentaire !
      Moi aussi je suis partagée sur cette question et je comprends tout à fait tes arguments, dans le fond je partage ton avis. Effectivement les raisons pour lesquelles ces personnes sont amenées à faire des réunions non-mixtes me paraissent compréhensibles, le fait de pouvoir discuter avec des gens qui nous comprennent, qui sont dans la même situation, qui ne nous jugeront pas, qui ne nous feront pas taire.
      Mais tu n'as pas tords quand tu dis que ce serait plus productif d'au contraire s'ouvrir aux autres pour faire passer des messages etc, c'est pour moi comme dans un débat, les opinions ne peuvent évoluer sans confrontation.
      En tout cas, ce type d'événements montrent justement qu'il n'y pas assez de pédagogie, d'ouverture d'esprit non pas forcément de la part de ce collectif mais de la part des institutions. Anne Hidalgo a traduit cette forme de militantisme comme une discrimination envers les blancs, sans avoir l'air de chercher à comprendre pourquoi ces personnes ont revendiqué une non-mixité, car c'est justement parce qu'elles mêmes se sentent discriminés ! Mais peut-être que cette polémique va amener à une réflexion sur la non-mixité et sur l'existence de discriminations dans notre société !

      Supprimer
  2. Je voudrais particulièrement réagir à une phrase de ton article : "Ne vaut-il pas mieux que ces personnes se rassemblent entre elles pour créer une véritable synergie pour faire avancer leur place dans la société [...]". C'est effectivement l'idée de la non-mixité et je suis assez sensible à l'argument de la liberté de parole et du fait qu'ils se sentent plus libres d'aborder les questions du racisme quand les "oppresseurs" ne sont pas là (je mets des guillemets parce que tous les Blancs ne sont pas raciste). Ceci dit, ce à quoi je voudrais réagir de ta phrase en fait c'est que les personnes qui excluent les autres pour pouvoir parler (que ça soit les Noirs, les Asiatiques, les femmes, les homosexuels, etc.) ne peuvent pas améliorer leur place dans la société sans l'Autre (Blancs, hommes, hétérosexuels, etc.). Pas parce que ce sont eux qui détiennent le pouvoir mais parce qu'ils font aussi partie de la société. Il y a quelques temps j'ai écrit un article pour expliquer pourquoi les femmes ont besoin des hommes dans la lutte féministe, mais en fait le raisonnement est le même pour ce qui est du racisme ou de l'homophobie. Les termes de "hétérosexuel" et "homosexuel", les notions, se sont construites ensemble, en réaction l'une à l'autre (Sébastien Chauvin montre ça dans son livre "La sociologie de l'homosexualité" paru il y a quelques années aux éditions La Découverte si je ne me trompe pas) et donc du coup pour détruire les clichés autour des homosexuels il faut aussi comprendre comment et pour quoi s'est formée la notion d'hétérosexualité.

    Au final je pense que le meilleur système pour lutter contre le racisme serait un système mixte : des débats non-mixtes pour libérer les paroles de ceux qui n'osent pas l'ouvrir en présence de "l'oppresseur" et des débats mixtes pour que toute la diversité de la société soit représentée, cela fait de manière homogène (en gros autant de débats mixtes que de débats non-mixtes, voire même les mêmes sujets dans chaque groupe).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as certainement raison, c'est dans la confrontation qu'on construit. Récemment j'ai rencontré l'ancienne présidente du Planning Familiale de Gironde et elle m'a raconté qu'un jour, elle avait assisté à une conférence autour de la place des femmes dans la société. Les hommes étaient en minorité et c'est à eux que la parole a été donné en premier. J'ai trouvé que cette anecdote illustre parfaitement les raisons de la non-mixité. Mais oui effectivement le mieux serait que des débats mixtes (qui seraient mieux gérés de façon à être constructifs) et non-mixtes coexistent, mais il me semble que c'était prévu pour le festival en question !

      Je vais dès maintenant aller consulter ton article par rapport au besoin des hommes dans la lutte féministe, ça m'intéresse ;) et également me renseigner sur le livre de Sébastien Chauvin ! Merci pour ces suggestions qui vont surement me faire avancer dans mes réflexions.

      Des bisous Melgane j'espère à bientôt !

      Supprimer
    2. Effectivement, donner la parole en premier à des hommes qui sont minoritaires et en plus sur un sujet qui ne les concerne pas directement... c'est une anecdote assez rigolote en un sens, qui illustre effectivement très bien le problème. Je pense que dans ce genre de cas il faudrait modérer les débats mixtes d'une manière intelligente en donnant d'abord la parole aux "opprimés" et ensuite aux "oppresseur" mais aussi en mettant les participants en cercle afin que tout le monde puisse se voir (ou en faisant monter ceux qui parlent sur la scène mais ce dispositif ne crée pas l'égalité d'un cercle). Voire, pour éviter la forme de discrimination positive que représente de donner la parole d'abord aux femmes de faire un tirage au sort. Tout le monde en cercle puis on tire au sort le premier et on tire au sort le sens de la parole (dans le sens d'une montre ou dans le sens inverse). Voire, si on veut aller plus loin, ne pas tirer au sort par nom mais par sexe. On tire au sort si d'abord une femme ou un homme prend la parole, si c'est une femme on prend tous les noms des femmes et on tire au sort pour savoir qui la première va parler puis on tourne dans le sens choisi par le sort. C'est un dispositif un peu complexe en un sens mais je pense qu'il serait le meilleur pour instaurer d'office une égalité entre tous les participants.
      Oui, il y a effectivement de prévu un système de coexistence mais il est extrêmement déséquilibré alors que je pense que ça devrait fonctionner en miroir presque. Le débat A non-mixte en premier, suivi du débat A mixte comme ça ce qui aurait été dit en non-mixte aura plus de chance d'être dit en mixte (comme ça viendra d'être dit et que la parole aura été libérée) ; puis le débat B non-mixte suivi du même sujet en mixte, etc. Ça doit être un calvaire à organiser mais je pense que c'est l'un des meilleurs choix que nous puissions faire.

      De rien ^^' J'essaye de plus en plus de citer les sources scientifiques dont je me suis abreuvée parce que premièrement je ne peux pas tout retenir de ce qu'ils disent ni tout répéter, et que ça permet aussi à chacun d'aller vérifier par lui-même que je ne dis pas de bêtises :)

      Supprimer
    3. C'est pleins de bonnes idées ça!! Je pense qu'effectivement, nous devrions réfléchir à un équilibre et à des solutions concrètes pour éviter toute polémique et pour organiser des débats constructifs ! (et c'est clair que ça ne doit pas être facile)
      En tout cas ceux qui ont critiqué de suite ce festival en criant à la "discrimination anti-blanc" pourraient plutôt réfléchir aux raisons de cela et à des solutions qui aideraient tout le monde.

      Je comprends pour tes sources, et puis aussi les partager ça permet aux intéressés de découvrir de nouveaux auteurs et de nouvelles pistes de réflexions sur certains sujet, c'est cool !

      Bonne soirée à toi et encore merci pour tes commentaires :)

      Supprimer
    4. Je pense que je vais peut-être pondre un article, d'ailleurs... ^^'
      Oui, ils ont crié à la discrimination anti-blanc (et en un sens c'est vrai puisqu'ils ont fait de la discrimination positive en faveur des Noirs : en creux c'est bien anti-blancs (et c'est le principe de la non-mixité) même si eux n'ont pas expliqué les choses comme ça et ont plutôt crié au racisme et disant que c'était inacceptables). Ils ont évidemment tors : si y'a non-mixité de libération de parole c'est bien que le racisme à la base est anti-Noirs (ou même anti-non-Blancs). Mais le problème vient aussi de ce collectif qui n'a pas du tout équilibré les choses (et peut-être a mal présenté les choses dans son communiqué, parce qu'au final des associations de lutte contre le racisme trouvaient ça aussi nul comme méthode) puisque beaucoup de débats, une grosse majorité, sont prévus comme non-mixtes. Je pense qu'il est important d'équilibrer pour éviter les frustrations. Parce qu'à mon avis dans les mécontents il n'y a pas que les racistes (même si ce sont eux qui ont lancé la polémique) il y a d'autres asso et puis il y a peut-être des Blancs non raciste et même qui luttent contre le racisme et qui ne comprennent pas qu'on les rejette. En fait la problématique est la même qu'avec les féministes qui rejettent les hommes en disant qu'on n'a pas besoin d'eux...

      Supprimer