Blogueuse à l'état foetal


Prose apocalyptique illustrant à quel point mon âme de blogueuse s'est égarée :

Mails s'accumulant depuis des mois dans ma boîte de réception triés, effacés, place faite. Anciens articles mis au brouillon, une sorte de poubelle d'articles en version moins définitif (pour me donner bonne conscience et ne pas effacer véritablement des heures de travail passées). (intense) Révisions pour les épreuves anticipées du Bac. 16 ans. Il fait beau, et je ne sais pas par où commencer. 
Je ne sais pas quoi raconter, comment le raconter, pourquoi le raconter, je ne sais pas où cela va me mener, nous mener, je ne sais pas si cela en vaut la peine, je ne sais pas si je vais publier cet article, je ne sais pas si j'en publierai d'autre, je ne sais même pas si j'ai envie de revenir. C'est pourtant, pour simplifier ce début d'article, ce que je suis en train d'essayer de faire. 

Ce que j'ai d'ailleurs déjà fait par le passé. Revenir. Partir. Créer, effacer, écrire, relire, publier, corriger, modifier, jeter, repartir, revenir encore. Toujours à la même période, cette fin d'année ou on a (presque) plus grand chose à faire, où on retombe sur nos pattes, où on a envie de s'évader un peu, où on retrouve le temps. Parce que tout ça, c'est du temps. Est-ce que je suis prête à consacrer de nouveau du temps à ça? J'ai depuis mes derniers blogs un peu lâché mon ordi. Voir beaucoup. Faute de temps, peut être, faute d'envie, surtout, par manque d'intérêts, par lassitude, parce que j'avais autre chose à faire, parce que j'ai trouvé d'autres centres d'intérêts. Par incertitude. Je ne suis plus certaine que ce petit monde là me plaise encore. J'ai changé. Tout ce qui concerne la beauté, maquillage, soins, coiffures, tout ces trucs là, ça ne m'a jamais réellement intéressé, ou bien je faisais semblant, et ça m'intéresse encore moins aujourd'hui. La mode, bon. On peut pas dire que j'en sois encore très intéressé, ça m'est passé. En fait, je trouve tout ça futile. Parfois plaisant, mais trop futile pour que j'en prenne le temps et que j'en retrouve l'envie. La culture. Bon, la culture, j'ai souvent la flemme de regarder des films, lire, j'aime bien, mais je n'en prends pas le temps (et pourtant, je devrais, parce que je sais que ça, ça m'intéresse encore). Voyager, je n'en ai malheureusement pas encore trop l'occasion. La musique... J'ai besoin de prendre le temps de me redonner gout à tout ça

J'ai 16 ans. 16 ans, une petite vie derrière moi, une vie incertaine devant, une vie pas hyper palpitante en attendant. Après maintes réflexions je me suis dis qu'à 16 ans, écrire un blog parmi des millions dans l'ombre de fille de 30, ça ne présentait plus tellement d'intérêts non plus. 

A m'entendre, plus grand chose m'intéresse. Mais si j'écris aujourd'hui ici, c'est que je sais qu'avoir un blog ça aide à se découvrir sois, et à dénicher des centres d'intérêts refoulés au fond de sa conscience. Mon premier blog m'a montré que j'aimais écrire, mon second que j'aimais la mode, un autre que j'aimais dénicher les choses, les artistes, que j'étais curieuse, la plupart m'ont montré que la communication, c'était envisageable, et celui ci? Celui ci je n'y suis pas resté très longtemps, les derniers articles que j'y ai posté n'avaient rien de très positifs, j'ai atteint avec celui ci une certaine limite. J'y ai parlé de choses personnelles en dernier recours, j'ai dérivé vers des écrits que je n'avais pas pour ambition d'écrire en démarrant. J'ai réalisé que la frontière entre vie privé et blogosphère était très très mince. Je ne vous apprends rien. Peut être que cette limite là m'a faite peur, que j'ai fuis inconsciemment me rendant compte que j'étais allée dans un terrain risqué que je n'avais pas envie de creuser, et puis je me suis peu à peu détachée de ce monde virtuel. 

J'ai 16 ans et je me dis que finalement, 16 ans, ça peut être intéressant. J'ai peut être un autre regard sur les choses. C'est peut être un atout. C'est peut être le moment de me stimuler un peu, de me consacrer à quelque chose de concret. Qu'un blog, ça peut être une expérience, une bonne expérience, un bagage. C'est pour ça que je suis là, pleines de doute incertitude, pleine de zones flous quant à ce que j'ai envie de faire ici. 

Je ne sais pas quand je posterai ceci. J'attends que l'idée murisse un peu, j'attends de m'y faire, j'essaye de revenir doucement, mais surement, d'éclaircir un peu tout ça, de savoir ce que j'ai envie d'écrire. Ça viendra. Peut être.

Mardi 23 Juin, bilan de ce rerererecommencement bloging : après relecture de cet article d'ébauche, je me dis qu'il fait trois mètres de long. De toutes façons, j'ai jamais eu l'esprit synthétique. Et il est compréhensible que cet article soit autant en bordel que ma tête à l'idée de me replonger dans mon blog. J'ai installé Google Analytics. En me baladant sur un dossier pas trop mal sur Hellocoton, pour aider à commencer son blog blablabla, j'ai suivi les conseils de ce blog et je me suis dis que ça serait peut être pas mal.

En fait, j'ai l'impression d'être une blogueuse à l'état foetal. Il s'est passé tellement de trucs (tout est relatif) dans ma petite vie ces derniers mois que je vous jure j'ai l'impression de n'avoir jamais blogué de ma vie, c'est dingue, je ne sais plus par où commencer.

Je viens d'avoir la brillante idée de ne poster cet article seulement à condition d'en avoir préparé au moins un autre sur un sujet cool (soit, pas sur mes cogitations bloguesques comme celui ci).Inspiration je t'attends.

5 heures plus tard : je me ballade dans mes lectures (vous pouvez toujours les voir à gauche de mon blog), des blogs que j'aime (ou j'aimais) bien, histoire de faire le tri, de me remettre un peu dans le bain, et puis parce que ça faisait longtemps que j'y avais pas mis les pieds.

Une chanson qui me donne envie de sauter partout en criant je suis la plus forte et je vais arriver à reprendre ce blog :





peut être à une prochaine fois 

4 commentaires :

  1. C'est difficile parfois de se lancer, de s'y tenir, mais au final on est très fière de soi quand on a commencé, on ne s'arrête plus c'est si addictif ! Et ça permet de faire de belles rencontres bloguesques ! :)

    Bon courage

    Noé
    http://lepetitmondedenoemie.blogspot.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui je le sais bien c'est par la première fois que "je me lance" mais cette fois là me paraît plus difficile que les autres!!
      mais merci bien pour ton commentaire en tout cas, ça me rappelle les bonnes choses que pourront je l'espère m'apporter ce blog ☺
      gros bisous

      Supprimer
  2. Moi je te dirais de ne surtout pas arrêter parce que vu la façon dont tu écris et dont tu réfléchis alors que tu n'es qu'à l'état foetal ça te promet un bel avenir de blogueuse. En tout cas, moi je suis fan et j'oublie très vite que tu n'as que 16 ans !

    Je trouve ton article hyper intéressant parce qu'il illustre complètement ce que je dis tout le temps : c'est un créant des blogs, en tâtonnant qu'on se découvre et qu'on découvre ce qu'on a envie de faire (même si ce qu'on a envie de faire c'est abandonner le virtuel d'ailleurs ^^) Il faut que je trouve un moyen de faire un lien vers ton article ! Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ton commentaire me va droit au cœur ça me fait très plaisir que tu t'intéresses à mes articles, vraiment!!
      complètement d'accord!! je considère mon blog un peu comme un "moyen d'expérimentation", un moyen de faire le point sur moi même et sur ce dont j'ai envie, un moyen de réfléchir sur ce qui m'entoure (en lisant les articles de d'autres blogueuses notamment), un moyen de découvrir d'autres choses aussi!! Même si moi aussi je conserve cette envie de ne pas vivre dans le virtuel et de ne pas me limiter à mon blog, encore une fois, tout est une question de juste milieu, je vois plus mon blog pour le moment comme une "phase de transition"... en ce moment j'écris des articles pour combler un certains manque, je ne sais pas si je continuerai mais ton commentaire ne fait que m'encourager un peu plus :)
      tient moi au courant si jamais tu évoques mon article sur ton blog alors, bisous à toi

      Supprimer